Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
multilingues précoces

Recueil d'articles et études sur les avantages d'une éducation bilingue ou plurilingue précoce.

61. Le Journal des professionnels de la petite ENFANCE. Agnès Florin.

Par Agnès Florin, professeur de psychologie de l'enfant et de l'éducation à l'université de Nantes, au laboratoire de psychologie éducation, cognition développement.

Elle travaille sur les questions d'éducation et développent des jeunes enfants, du bien-être des enfants dans leur lieu de vie, de l'évaluation des compétences cognitives et conatives des enfants et de la prévention des difficultés d'apprentissage ainsi que sur l'impact des enseignements plurilingues sur le développement des enfants.

....

Les interactions avec l'entourage et le bilinguisme

Beaucoup d'enfants grandissent dans des environnements plurilingues. La France, comparativement à de nombreux pays européens, a longtemps ignoré cet état de fait, voire l'a considéré comme un handicap pour des jeunes enfants issus de l'immigration. La recherche en psycholinguistique a progressivement modifié ces représentations. Les premiers travaux, au début du xx ème siècle concluait à un déficit des bilingues par rapport aux monolingues, du fait de la surcharge cognitive et des risques de confusion qu'entraîne l'acquisition des deux langues. Certains professionnels et certains parents le croient encore aujourd'hui, les premiers conseillant aux seconds d'abandonner la langue première (L1) en parlant avec leurs enfants au profit de la langue seconde (L2) si celle-ci est la langue de scolarisation. Or, toutes les données scientifiques disponibles depuis les années soixante montrent de nombreux effets positifs du bilinguisme sur le développement cognitif et langagier. Mais le contexte sociolinguistique dans lequel on apprend joue un rôle important: les compétences en langue seconde (L2) sont partiellement déterminées par les compétences déjà atteintes en langue maternelle (L1), au moment de l'exposition à la langue (L2). Lorsque la langue d'origine n'est pas suffisamment pratiquée, les enfants ne peuvent atteindre le seuil de compétence nécessaire pour réaliser les tâches exigeantes sur le plan cognitif (tâches scolaires notamment).

Attribuer des valeurs positives aux deux langues, dans la communauté et la famille, apporte des éléments positifs et complémentaires linguistique et cognitif de l'enfant, mais aussi culturel et social (on parle de bilinguisme additif). Au contraire, lorsqu'une communauté rejette ses propres valeurs socioculturelles au profit de celles d'une langue culturellement et économiquement "prestigieuse", cette dernière aura tendance à remplacer la langue d'origine dont la maîtrise va se détériorer. Cette situation aura des effets négatifs au niveau linguistique, affectif et cognitif (bilinguisme soustractif), ce qui peut expliquer les plus faibles performances scolaires d'élèves dont le français n'est pas la langue d'origine.

L'impact positif de dispositifs d'enseignement bilingue dans diverses communautés a été largement démontré par rapport à l'anglais, langue d'enseignement. Nos propres recherches, réalisées dans les collectivités françaises d'outre-mer pour les langues locales, ainsi que sur la valorisation du bilinguisme franco-arabe, vont dans le même sens.

Tous les enfants sont confrontés à la complexité de la (les) langues (s): certains rencontrent des difficultés légères ou passagères qu'ils arrivent à surmonter, d'autres ont besoin d'une aide spécifique.

Le langage est à la fois objet d'apprentissage et vecteur de nombreux autres apprentissages, moyen d'échanger des pensées et de tisser des liens sociaux: on n'append pas à parler tout seul.

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :