Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
multilingues précoces

Recueil d'articles et études sur les avantages d'une éducation bilingue ou plurilingue précoce.

59. le bilinguisme (Arte). Les enfants éduqués dans le bilinguisme ont une chance inouïe.

Le bilinguisme

Les enfants éduqués dans le bilinguisme ont une chance inouïe : ils apprennent presque sans s’en rendre compte une seconde, voire une troisième langue qu’ils parlent de surcroît sans accent, si toutefois l’apprentissage commence dès leur plus jeune âge. Un apprentissage sans effort : au seul contact de l’autre langue, l’enfant en assimile les principales structures.

D’aussi loin qu’elle se souvienne, la petite Lissenn Krieger, 8 ans, a toujours parlé allemand avec sa mère et français avec son père. Elle est la première de la famille à avoir appris les deux langues dès la naissance. Les spécialistes parlent, dans son cas, de "double héritage linguistique". Les chercheurs savent désormais que les nouveaux-nés ont tous les mêmes prédispositions qu’ils soient issus d’une famille bilingue ou non. Un bébé garde en mémoire les sons qu’il entend souvent et va ensuite chercher à les imiter. Ces premiers sons vont, petit à petit, laisser place à des mots, puis à des phrases complètes. A 4 ans au plus tard, les enfants sont parvenus à déchiffrer par eux-mêmes les bases de la grammaire. Ceci est valable pour tous les enfants, qu’ils aient une ou deux langues maternelles. L’apprentissage de la langue ne commence pas plus tard comme on l’a cru pendant très longtemps.

Que se passe-t-il exactement dans le cerveau? Des chercheurs de Bâle se sont penchés sur cette question. Ils ont étudié deux groupes d’enfants. Le premier groupe est composé de bilingues précoces. Ces enfants ont grandi avec deux langues, avant d’en apprendre une troisième par la suite. Le deuxième groupe est constitué d’enfants qui ont été élevés avec une seule langue maternelle et qui n’ont appris les deux autres langues que plus tard. Les enfants doivent imaginer qu’ils sont en train de raconter leurs différentes activités de la journée à un ami. Dans le même temps, les chercheurs mesurent l’activité électrique de leur cerveau. Les tests ont montré que, dans la plupart des cas, les personnes qui ont grandi avec deux langues maternelles n’utilisent qu’un seul réseau neuronal. Leur cerveau travaille de manière beaucoup plus efficace. Malheureusement cette faculté disparaît progressivement passé l’âge de 3 ans.

Dans un deuxième temps, les chercheurs suisses ont découvert comment les personnes bilingues parvenaient à faire la distinction entre les deux langues couramment utilisées. Réponse : ils possèdent dans leur cerveau une région spécifique qui reconnaît immédiatement la langue utilisée. Les personnes bilingues sont particulièrement flexibles sur le plan intellectuel.


Comment s’y prendre pour que l’enfant apprenne correctement les deux langues ?
L’apprentissage des langues fait appel à une dimension affective. Il n’est pas rare que les enfants bilingues développent une préférence pour l’une de leurs deux langues. Mathilde, la sœur de Lissenn, ne répond jamais à sa mère en allemand alors qu’elle en est tout à fait capable. Jusqu’à l’âge de 3 ans, elle a toujours parlé à sa mère en français. Lissenn, en revanche, aime bien parler allemand avec sa mère. Elle utilise rarement des mots français dans sa phrase allemande. Pourtant, le fait de mélanger les deux langues est quelque chose de tout à fait normal pour un enfant bilingue.

Plus un enfant commence tôt, plus il aura de facilité. A la maternelle Rheinauer Ring de Mannheim, de nombreux enfants apprennent dès 3 ans à parler une deuxième langue. Il s’agit de l’allemand, la langue de leur pays d’accueil. Il est important que ses enfants entendent toujours parler allemand au même endroit et par les mêmes personnes et, si possible, par des personnes de langue maternelle allemande. Sinon, ils risquent certes d’apprendre la langue mais avec des fautes. A la maison, les parents doivent continuer à utiliser leur langue maternelle avec l’enfant.

Les jeux et les chansons en turc, en russe ou encore en italien sont très importants pour ces enfants bilingues. Ils sont ravis lorsque, pour une fois, tous les projecteurs sont braqués sur leur langue maternelle. Les instituteurs le comprennent bien. Ils ont, eux aussi, grandi dans des familles bilingues. Ils espèrent de tout cœur que ces enfants considèrent plus tard leur bilinguisme comme une richesse. C’est aussi ce qu’espère Mme Weber, la directrice de l’école maternelle. Les évaluations linguistiques effectués régulièrement par des médecins montrent que son équipe a vu juste: "Ces tests prouvent l’efficacité de notre démarche. Les enfants ont une meilleure compréhension de la langue et ils s’en sortent bien mieux à l’école sur le plan linguistique."



Le bilinguisme peut-il créer des perturbations chez l’enfant ?
Environ 5 % des enfants présentent des troubles du langage, qu’ils soient bilingues ou non. Cela peut être dû à des problèmes grammaticaux, à des problèmes d’articulation ou encore à un apprentissage tardif de la langue. Grâce à une thérapie parfaitement adaptée, l’orthophoniste peut rééduquer l’enfant.

L’entrée à l’école est la période la plus difficile. Les enfants se mettent souvent à développer une langue dominante et une langue dominée. La langue de l’école finit peu à peu par prendre le dessus. Lissenn a de la chance d’être scolarisée dans une école bilingue. Elle est inscrite, depuis sa première année de maternelle, à l’école privée "Les Mickele" de Strasbourg. Cette école, reconnue par l’état, a été créée à l’initiative de "ABCM – l’Association pour le Bilingue en Classe dès la Maternelle".

Afin que les enfants arrivent à mieux différencier leurs deux langues, les enseignantes se sont réparties les matières. La géographie et l’histoire ne sont enseignées qu’en français et les mathématiques qu’en allemand. En cours de sport, les enfants entendent parler les deux langues. Les deux professeurs de sport travaillent en étroite collaboration, ce qui permet à Lissenn et à ses camarades de classe de perfectionner aussi bien leur français que leur allemand.

Le plurilinguisme est une chance unique, surtout lorsqu’on vit en Europe et tous les enfants peuvent relever ce défi.
...............................................................................
HIPPOCRATE - Magazine de santé
Mardi 18 novembre 2005 à 14h45
Rédactrice en chef : Heidemarie Petters Une coproduction ZDF -ARTE G.E.I.E.

Edité le : 14-10-05
Dernière mise à jour le : 12-08-08

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :