Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
multilingues précoces

Recueil d'articles et études sur les avantages d'une éducation bilingue ou plurilingue précoce.

62. Dans" Têtes chercheuses" (actualité et culture des sciences en Pays-de-la Loire)

Bilinguisme à l’épreuve

Isabelle NOCUS, Philippe GUIMARD et Agnès FLORIN, respectivement Maîtres de conférences et Professeur, chercheurs au LabÉCD, Laboratoire de psychologie « Éducation, cognition, développement » de l’Université de Nantes. www.labecd.univ-nantes.fr

L’éducation bilingue est une préoccupation centrale dans les collectivités françaises d’Outremer. Celles-ci souhaitent que leurs enfants maîtrisent le français, langue internationale, mais n’entendent pas pour autant que leurs langues et cultures d’origine disparaissent. C’est pourquoi ces collectivités du Pacifi que et de Guyane sont engagées dans une réforme appliquée dès l’école maternelle. Le français y demeure la principale langue de scolarisation mais les langues locales sont déjà inscrites au programme de l’école primaire (de 3 à 7 heures par semaine).

Cependant, la mise en oeuvre de la réforme ne va pas de soi et suscite des résistances de la part d’autorités politiques, d’équipes pédagogiques et de parents. Il persiste notamment l’idée qu’apprendre plusieurs langues en perturbe la maîtrise et constitue une source d’échec scolaire, par une surcharge d’apprentissage. Les recherches récentes en psychologie montrent pourtant l’impact positif des dispositifs bilingues, les compétences acquises dans la langue maternelle étant transférées à la langue seconde ; elles soulignent la supériorité des enfants bilingues à l’oral et à l’écrit, en lecture et en écriture, ainsi que dans la mémoire et le raisonnement. Ces résultats proviennent surtout d’études anglo-saxonnes, mais nous avons entrepris de suivre, outre-mer, des enfants dès l’école maternelle en comparant leur évolution selon qu’ils bénéfi cient d’un enseignement exclusivement en français ou d'un enseignement bilingue (en français et en langue locale).

Améliorer les compétences, rapprocher la famille de l’école

Notre projet actuel, intitulé Ecolpom (École plurilingue Outremer) et fi nancé par l’Agence nationale de la recherche, vise à évaluer l’effi cacité des programmes bilingues au CP et au CE1, en Polynésie française, en Nouvelle-Calédonie et en Guyane. Il regroupe 12 enseignants-chercheurs d’universités et de spécialités différentes. Il s’agit en effet de mesurer l’impact de ces programmes non seulement sur les acquis scolaires des élèves (intérêt principal des didacticiens) mais aussi sur divers comportements et compétences (celui des psychologues) ainsi que sur les pratiques langagières (celui des sociolinguistes).

Ce projet implique 700 élèves, dont la moitié suit un enseignement bilingue ; l’autre moitié sert de « groupe contrôle » en recevant un enseignement uniquement en français. Nous observons les différences entre les deux groupes, relatives aux compétences langagières, à la maîtrise de l’écriture et des mathématiques, à des comportements tels que la participation aux conversations, l’organisation dans les tâches, le respect des règles de la vie scolaire ; nous cherchons à savoir si le renforcement de l’enseignement des langues d’origine modifi e leurs usages et celui du français, s’il permet de faire évoluer les représentations des langues (ne plus penser qu’une langue est meilleure qu’une autre, par exemple) et s’il rapproche les familles de l’école.

Les résultats fourniront aux autorités politiques et aux pédagogues un support pour améliorer le développement des compétences des élèves en contexte plurilingue et pluriculturel. Ils enrichiront un champ de connaissance indispensable à la construction de l’espace éducatif européen plurilingue, dont l’État français se préoccupe encore peu tandis que, dans de nombreux pays, recevoir un enseignement dans sa langue d’origine est un droit fondamental pour les enfants.

Mirose Paia (Ecolpom)

En complément...

• Vers une école plurilingue dans les collectivités françaises d’Océanie et de Guyane, édité par J. Vernaudon et V. Fillol (L’Harmattan, 2009)

Bilinguisme familial

pour les chercheurs et les étudiants :

• Bialystok, E. (2001). Bilingualism in Development : Language, Literacy and Cognition, Cambridge : Cambridge University Press. • Nocus, I., Florin, A., Guimard, P., Vernaudon J. (2007). Effets d’un enseignement en langue kanak sur les compétences oral / écrit en français au cycle 2 en Nouvelle-Calédonie. Bulletin de psychologie, tome 60 (5), 491, p.471-488.

• Nocus, I., Guimard, P. et Florin, A. (2009). L’évaluation des dispositifs bilingues d’enseignement en Océanie francophone. In J. Vernaudon & V. Fillol (Eds), Vers une

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :